Mots Mélés

2017 - 2018

Mots d’abandon que se murmurent les amants d’Einstein on The Beach, mots d’espérance de Tagore devant l’innocence enfantine (On The Seashore), mots de prophétie de l’Apocalypse, ces mots que leur fulgurance a rendus inaudibles et illisibles à l’homme quand menacent de disparaître la mémoire collective, la transcendance des valeurs, l’instinct de création et de conservation. En les couvrant de noir, Tania Mouraud les révèle paradoxalement dans leur magnificence et les porte à la puissance de signes plastiques purs dans une série d’œuvres peintes sur des carrosseries en aluminium industriel, inspirée par le jeu des mots-mêlés. Ce jeu d’apparence banale et anodine pratiqué dans toutes les langues relie l’intelligibilité du sens à la visualité du signe, faisant appel autant aux qualités mnémotechniques qu’à la capacité de déchiffrement du joueur. Les grilles aléatoirement générées à partir des textes choisis par Tania Mouraud constituent ainsi la trame d’une énigme à percer, l’énigme du destin humain et de l’Histoire, frappés par la destruction, l’oubli et la répétition tragique. Prolongeant ses recherches sur le langage et le pervertissement du sens engagé dans la série des Écritures, Tania Mouraud révèle dialectiquement la puissance aphorétique de textes puisés dans les chefs d’œuvre de la poésie. Les Mots-mêlés fonctionnent ainsi comme autant d’agalmas auxquels l’artiste donne une forme plastique, et nous rappelle que, pour exister, le langage de l’amour et de la vérité ne peut se révéler que sous le voile de l’apparence et la multitude du semblant.

Matthias BARTHEL


Tania Mouraud's Mots-Mêlés uses the overbearing sign as a game. If Dreams placed us before words that have become images, Mots-Mêlés plays with our understanding by using what can be rightly called today’s sole universal language, that of computer programming - a code borne by mathematics, what philosophy holds as our proximate access to the intelligible realm, to Ideas.
No readable sign.
The message has now completed its metamorphosis and the title already tells us everything ; excerpts from the great texts, translated through the prism of an imagination far from our idioms, are now black flat tints, lines, crossings, that no one can read.
Mots-Mêlés set us free, they do not speak at first sight, in this lexicon that belongs to everyone and no one at the same time, and where misunderstanding does not exist.

When our eyes do not know anymore, our hearts are the only remaining way to read.

Les Mots-Mêlés de Tania Mouraud font de l’arbitraire du signe un jeu.
Si les Dreams nous posaient face à une phrase iconique devenue image, les Mots-Mêlés se jouent de notre compréhension et usent du seul code aujourd’hui universel, soit la programmation informatique ; un code porté par les mathématiques, que la philosophie tient comme notre accès le plus immédiat à l’intelligible, aux Idées, et, oserait-on le dire, à un absolu du terme.
Aucun signe reconnaissable.
Le langage a parachevé sa mue, le titre nous dit déjà tout ; les extraits des grands-textes, se donnant dans une traduction imaginaire à des lieues de nos idiomes, sont désormais des aplats noirs, des lignes, des croisements, que nul·le ne peut lire.
Les Mots-Mêlés nous laissent libres, ils ne se disent pas de prime abord, dans cette langue de tous et de personne où le malentendu n’existe pas.

L’oeil ne sait plus, reste l’entendement du coeur.

Cécile RENOULT